Chablis Grand Cru Valmur 2000 Domaine William Fevre

Publié le par Patrick Essa

 

 

Valmur forme une vallée entre Vaudésir et Clos légèrement en retrait de ceux-ci. C’est un terroir très solaire orienté sud, sud-est qui donne en général chez William Fevre des vins fruités et exubérants. Riches et plein de sève, ils évoluent souvent vers les agrumes mûrs. Ils doivent cela à la nature argilo-calcaire du sol superficiel qui domine des marnes bleues. Le domaine exploite ici 1.15 hectares de Chardonnay conduit en taille Chablis avec une densité de 6000 pieds par hectare. Les vignes ont une trentaine d’année.



 Couleur très claire, presque pâle, d’une jeunesse étincelante. La brillance est remarquable et bien entendu le vin ne présente pas de trace d’évolution. Le nez est immédiatement saisi par l’intensité impressionnante des arômes d’agrumes et de fruits exotiques. On perçoit également -sous jacentes- de fines notes vanillées qui proviennent du faible pourcentage de bois neuf utilisé pour cette cuvée ( pas plus de 15%. En patientant quelque peu le vin évolue vers un caractère plus floral et se font jour alors les notes de menthe sauvage, de tilleul et de fenouil. Un ensemble remarquable qui interpelle le nez dans tout le registre possible de ses perceptions. On a vraiment hâte de le mettre en bouche !  Surprise , ce vin si opulent et rond au nez développe une trame vive et minérale lorsqu’il enveloppe le palais. On détecte alors ajoutée à la maturité évidente de l’ensemble, une belle tension minérale qui procure beaucoup de fraîcheur mais qui a tendance aussi à retenir les arômes secondaires du vin. Nous sommes en présence d’un vin à grand potentiel de maturation et c’est bien normal, il garde une certaine discrétion dans l’expression de ses arômes en bouche. On devine toutefois de beaux arômes de menthe et d’agrumes qui répondent aux prémices offertes par les senteurs perçues au nez. Un vin de haute gastronomie qui trouvera son aboutissement à table sur un poisson de rivière. Très bien +

Style intermédiaire

Publié dans Chablis

Commenter cet article