Chablis Premier Cru Fourchaume « vignoble de Vaulorent » 2000

Publié le par Patrick Essa

 


William Fevre a longtemps été considéré comme le chantre du bois neuf à Chablis. Ces cuvées lourdement toastées ont trouvé dans les années 80/95 des acheteurs qui aimaient les vins riches et opulents avec de puissants arômes vanillés. En 1997 changement de cap, la maison Bouchard Père et fils par l’intermédiaire de Joseph Henriot reprend le domaine en fermage et nomme régisseur Didier Séguier. Ce français originaire du sud Ouest a fait ses classes en côte d’Or à la maison Bouchard et imagine un autre type de Chablis, qui trouverait son expression dans la minéralité des formidables terroirs dont dispose la maison en grands et premiers crus.
Il enclenche alors une politique de réflexion en reconsidérant les principes culturaux et de vinification pour optimiser la production de ce patrimoine incomparable. Dès lors les modes de taille des ceps vont évoluer, il revient au travail des sols, à une attitude raisonnée dans les traitements et l’utilisation du bois se fera de manière raisonnée et dépendra des capacités des terroirs et du millésime à l’intégrer.
Aujourd’hui le domaine William Fevre est un des seuls à vendanger à la main, à trier les raisins, à sélectionner les fûts en fonction des origines des merrains et à embouteiller après une année de passage sous bois. Cette politique a tout naturellement abouti à une très pure interprétation de chacun des terroirs dont la maison à la charge et à cette subtile expression du lieu-dit Vaulorent qui peut prendre le nom de Fourchaume. La parcelle mesure 3.63 hectares.





 Le vin est peu coloré et brillant comme beaucoup de Chablis. Son voile jaune or indique un élevage sous bois, mais il est clair car il a subi une légère filtration lenticulaire. Il ne présente aucune évolution. La finesse est la première caractéristique de ce vin élégant et délicat qui exhale des notes suaves d’abricot et de fleurs blanches. Son intensité est prégnante mais elle transparaît de manière discrète en s’insinuant entre les narines sans les brusquer. Ce type de parfum est caractéristique du secteur de Vaulorent qui est situé sur des marnes bleues exposées au sud et au levant, un peu comme Vaudésir mais sur une croupe en retrait. On détecte à l’aération des effluves d’orange amère, fines et rémanentes. L’attaque en bouche est franche et maintien un juste équilibre entre l’opulente richesse de la matière et l’acidité minérale procurée par le terroir. Les rendements maîtrisés sont sans doute à l’origine de l’opulence qui caractérise l’ensemble et le plant Chardonnay perd ici son aspect variétal pour laisser le terroir s’exprimer sur des notes d’agrumes, mais aussi de truffe blanche et de pêche jaune. Le milieu de bouche est précis et pur sur une vivacité retenue due à une très légère trace de gaz carbonique qui souligne la ligne minérale de l’ensemble. Un cru d’une race évidente qui joue les séducteurs en affirmant avec force, la haute qualité de la situation géographique qui l’a vu naître. Très bien.

Style intermédiaire

Publié dans Chablis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DELAUTRE 07/08/2013 10:10


bonjour,


le site DC "historique" est il fermé ou l'accès aux nouveaux articles ou commentaire réservé aux seuls abonnés ?


je n'y vois plus d'activité depuis un mois ....


merci