Dégustation - échantillons en bouteilles - des vins blancs des Hospices de Beaune du millésime 2012:

Publié le par Patrick Essa

   Déguster les hospices en fûts peut être une manière réjouissante et populaire de jauger la valeur du millésime, cela peut aussi revêtir les allures d'une ballade initiatique. Je fus invité cette année à aller taster ces maîtres-vins dans la Chapelle sise en l'enceinte du glorieux Hopital. Devant l'autel en compagnie d'un ami vigneron gibriaçois nous prîmes nos verres, non sans avoir auparavant eu les frissons que ce lieu mystique su nous transmettre. Ambiance paisible, service en bouteilles dans des verres de qualité, nous étions alors naturellement enclin à nous recueillir sur ces cuvées prestigieuses et si chargées des valeurs qui nous "animent" chaque jour.

  Oui, je puis le dire, je me suis senti comme transporté en un temps irréel où croiser l'esprit des fondateurs de cette Vente ne me semblait pas impossible. Le petit cours d'eau de la Bouzaise coulant sous nos pieds nous fit même penser un instant que l'écoulement de nos sensations était en phase avec ce flot perpétuel qui nous fit remonter les décennies en un lieu où les sensations premières font abstraction de tout artifice et incline à la naturelle simplicité. Nous étions bien peu devant ce monument qu'est la vente...Voici donc en toute humilité les quelques sensations ressenties lors de ce long et émouvant parcours:

Saint Romain- Joseph Menault:  Un jus frais et dynamique, n'ayant pas une énnorme amplitude mais une belle franchise. Marqué par son pôle fermentaire, j'aime sa retenue et sa finesse. Bien.

Pouilly-Fuissé- Françoise Poisard: Plus mûr, pur et rectiligne il apparaît cette année assez proche de ses cousins de la côte avec toutefois moins d'amplitude. Mais le boisé est digéré, l'amertume absente et le travail sur les lies de belle qualité. Bien+

Meursault- Loppin: Très jolie cuvée, harmonieuse et sensuelle qui semble dessiner les contours d'un Meursault ample et distingué. J'aime la finale et le côté cislé de la texture. Très bien.

Meursault - Goureau: Plus sévère et un rien austère, elle ne se livre pas complètement et doit encore fondre sa matière finement marquée par un boisé franc et les lies. Je ne suis pas inquiet les acquéreurs seront contents! Bien ++

Meursault Porusots - Jéhan Humblot: La cuvée est rarement la plus aboutie des Meursault et cette année encore elle ne me paraît pas être au niveau des autres. Le jus est pourtant frais, le fond est là et l'élégance ne manque pas, mais il lui manque ce "je ne sais quoi" de race pour être au diapason. Jolie vivacité finale. Bien +

Meursault Genevrières - Baudot: Marqué par ses lies du côté des épices, en combinaison avec un boisé un peu agreste, le vin ne manque pas de punch mais se présente un brin austère. J'aime toutefois sa richesse et son grain tactil séduisant. Un vin long et puissant qu'il faudra amadouer lors de l'élevage... A bon entendeur! Très bien.

Meursault Genevrières - Philippe le Bon: Le profil parfait du "Le Bon élève" agréable,bien coiffé et sans doute doué d'intelligence. Un très beau vin qui s'annonce mais sans doute pas avec toute la puissance du précédent. Régulière cuvée d'élite des blancs des Hospices, elle ne faibli pas mais sera moins "de garde" que la première...Excellent dès aujourd'hui.

Meursault-Charmes - Bahèzre de lanlay: Plus vif, plus ramassé et pour tout dire pas en place en ce moment. mais nous sommes en Charmes et le climat demande de la patience pour se livrer pleinement. Les lies marquaient trop et il faudra se méfier  de ne pas le laisser s'impreigner de leur amertume. Mais le potentiel est incontestablement là. Très bien.

Meursault-Charmes - Albert Grivault: Peu différent de Bahèzre et bâti sur le même équilibre mais avec un peu plus de race interne. Le vin est vraiment Charmes en ce sens que son côté un peu sauvage n'est pas masqué et il en met une bonne couche en milieu de bouche. De la fougue et de la longueur. Très bien +

Corton-Charlemagne - Roi Soleil: Je pense que tout le monde aura aimé sa forme policée. Le plus séduisant avec le Bon à moins que cela ne soit le plus brillant! Un très joli vin mais moins Corton Charlemagne que celui qui suivra. Un peu facile sans être simple, un léger manque de raffinement et de complexité. Beau jeune homme quand même!Très bien+

Corton-Vergennes - Paul Chanson: Marqué légèrement par ses lies et un peu amer, il a comme toujours une fougue impressionnante et ce grain fin unique qui me le signale quasiment à chaque fois comme le plus singulier des blancs des hospices. Puissant et délicat à la fois, un sacré Corton pour demain! Excellent.

Corton-Charlemagne - François de Salin: Quel beau vin! Plein, dense, charnu, austère... sur une indicible race de terroir sous jacente. J'aurais pu, il est celui que j'aurais acheté pour tenter de  maîtriser sa nervosité. Ce qui me désespère c'est que bien peu apprécie encore cette forme de vin taillée pour le très grand style...dans 20 ans! Hors classe.

Bâtard-Montrachet - Dame de Flandre: Ce n'est jamais mon cru préféré des Hospices car il a toujours ce côté un peu plus "lourd" en lui que je n'aime guère. point de cela cette année toutefois. Je l'ai trouvé harmonieux et concentré avec une précision sur les lies de fort bon aloi. Le Bâtard à son niveau! Excellent.



Publié dans Côte de Beaune Rouge

Commenter cet article

Patrick Essa 09/04/2013 15:35


Il n'y a pas de quoi Sophie!

Sophia 09/04/2013 11:17


Merci pour ton avis sur tous ces vins. Cela permet de choisir avec une meilleure expertise de notre côté ;)