Givry premier cru Clos de la Servoisine 1993 Domaine Joblot

Publié le par Patrick Essa

 

  Le domaine Joblot a produit danns les années 90 toute une série de vins remarquablement concentrés, luxueusement élevés en bois neuf et disposant d'un caractère gourmand d'une séduction évidente. Assez proche des préceptes édictés par Henri Jayer, Jean-Marc Joblot - vigneron intransigeant et opiniatre - a su insuffler une énergie rare à sa commune en la positionnant au même niveau que bien des appellations plus prestigieuses de Côte d'Or. En dégustant ce vin -issu d'une année au grain tannique serré-  après plus de 15 années de maturation, on ne peut qu'être séduit par l'avance technique dont disposait le domaine sur ses pairs à cette époque. D'expression très moderne il détonne au milieu de vins qui aujourd'hui ont perdu beaucoup de leur lustre en raison de tanins asséchants et de matières maigres et végétales. Le domaine avait compris assez vite l'utilité de couper des raisins à juste maturité pour éviter de les corriger et leur donner une vraie chance d'amalgamer des tanins de bois de qualité. ceux-ci donnent aujourd'hui à ce cru une rare puissance tannique sans pour autant lui conférer un carcatère asséchant.

 

  La Servoisine est un très bon terroir argilo-calacaire qui regarde le levant. Il donne aux vins une vraie richesse de constitution qui se double d'une élégance très similaire à certains crus de Volnay ou Chambolle. Minoré en raison de sa situation en Côte Chalonnaise, il n'en constitue pas moins un vrai premier cru naturel, je vous le recommande vivement car son prix est fort modeste....environ 15/20 euros.

 Celui-ci dispose d'une couleur rouge rubis, encore très jeune, sombre et d'une idéale brillance. Pour un vin peu filtré il s'agit d'un vrai tour de force. Le nez puissant est très réglissé et évoque même un "lignage" avec certains crus de Gevrey. Intense et frais il développe à l'aération de belles notes de framboise, de poivre blanc et de cacao amer. La bouche est un peu stricte et indique que le vin a dû connaître un passage assez "retenu" avant de se présenter ainsi, ouvert et expressif. Les arômes de caroube, de pivoine et de grain de cassis signent une vinification attentive et inspirée qui a cherché à révéler la vraie "terroirité" du climat. Longue finale rémanente et tonique pour un beau vin de gastronomie. Très bien.

 

Commenter cet article