Côte de Beaune: Le finage de Monthelie

Publié le par Le Blog de Patrick Essa

Monthelie

 

  J'aime marcher dans le vignoble et comme les chemins de vignes ne sont pas si nombreux que cela, mes pas me conduisent souvent sur les sentiers du village de Monthelie. Cela fut le cas ce Dimanche où pour m'aérer je me suis offert une belle balade dans les crus situés entre Meursault et ce sympathique village. Petit bourg découpé en venelles sinueuses, il est situé en contre-haut de Meursault et respire le calme et la discrétion. Son château altier tout de rose vêtu depuis que l'on a rénové sa façade est entouré de maisons de pierres anciennes et  -souvent - cossues probablement bâties pour durer, sans doute aussi car il était naturel d'utiliser les pierres des voisines carrières murisaltiennes.

 

 

  La qualité des vins de son finage n'a d'égale que la notoriété importante que lui confère sa réputation locale et ses crus sous estimés devraient sans doute être revus à la hausse dans l'imaginaire qualitatif des amateurs de vrais et authentiques Bourgognes. Plus encore que sa voisine Auxey elle mérite de voir certains de ses climats être évalués avec le plus grand respect. Ainsi j'ai toujours été faciné par le meilleur d'entre eux qui se nomme Champs Fulliots mais je considère qu'il est important de ne pas négliger les autres crus qui composent une mosaïque complexe de terroirs et de saveurs . Vous relirez avec attention - si le coeur vous en dit - ma modeste synthèse du climat des Duresses pour vous situer au plan géologique mais je voudrais insister ici sur les qualités gustatives des autres sols classés et surtout sur leur aptitude à générer de beaux vins dans les deux couleurs.

 

  En effet si Monthelie est plus largement plantée de pinot noir, elle comporte également de forts bonnnes terres à blancs sur des expositions variées qui typent nettement les crus. Dégustez les Champs Fulliots blancs de Roulot pour vous en convaincre ou les Duresses blancs de Monthélie Douhairet car je pense qu'ils sont assez bien distribués mais ne négligez pas la finesse et le profil floral du Clos des Toisières produit par Latour ou des cuvées blanches d'assemblage de Gérard Doreau, du domaine Changarnier ou encore de Jean-Philippe Fichet. Ce sont des vins qui cousinent fortement avec les Meursault et qui sont moins marqués en général par le caractère "Combe" -vifs et tendus - que les voisines Auxey et Saint Romain.

 

  Les rouges sont extraordinaires et avec ceux de Chassagne et Givry constituent les plus belles affaires de Bourgogne en terme de rapport qualité-prix. Songez que Sur la Velle ou Champs Fulliots pourraient dans leurs meilleures zones se situer au niveau des meilleurs Volnay premiers crus et qu'ils se vendent en général la moitié de leur prix! Le fait d'avoir revendiqué ces noms de crus tardivement - pas avant la fin des années soixante la plupart du temps - sans les médiatiser à l'étranger à très fortement pénaliser leur diffusion et ils ne sont pas du tout situé sur une juste échelle de valeur si on les compare à leurs pairs des communes avoisinantes. En revanche pour l'amateur décéien cet état de fait doit revêtir des allures de "pain béni" car il est évident que d'excellentes affaires sont à réaliser dans les bons domaines. Je vous ai déjà parlé de la qualité remarquable des vins du domaine Dubuet-Monthelie et je continue d'affirmer après avoir dégusté un 2005 et un 2007 en Champs Fulliots il y a peu que cette adresse est à retenir absolument. Aux côtés de David Dubuet je signalerais les excellents vins du domaine Deschamps, la qualité constante des cuvées du domaine Changarnier et d'Eric Boussey et celle entrevue seulement sur quelques flacons chez Ulrich Dujardin.

  Une manifestation "porte ouverte" a lieu chaque année et je vous encourage à découvrir cette bourgade bourguignonne charmante qui sans ostentation produit des cuvées sages et gourmandes.

 

Publié dans SOMMAIRE GENERAL

Commenter cet article