Mazis Chambertin 2003 Domaine Harmand Geoffroy à Gevrey-Chambertin

Publié le par Patrick Essa

 

  Le climat de Mazis mesure 9ha 10a 34ca et est coupé en deux parties dont on a longtemps évoqué la difrénec qualitative. Le dessus êtant considéré comme plus qualitatif en raison de sa position plus haute sur le coteau et de sa pente plus forte. Cependant ces deux sous-climats sont coupés par une diagonale qui place certains Mazis Bas au dessus de certains Mazis hauts...on le voit "l'affaire" est plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord, d'autant que l'endroit s'érode vite et que de nombreuses terres du dessus ont raviné vers le bas. Il en résulte toutefois une partie supérieure un rien plus inclinée et solaire avec une couche végétale plus maigre. Nous sommes sur une terre du jurassique de l'étage bajocien et le sous sol est composé de calcaire à entroque. Un substrat assez proche de celui du Clos de Bzez voisin mais en plus recouvert sur le plan superficiel d'une terre brune, assez foncée. Le cru est encore un peu sous l'influence éolienne de la Combe Lavaux toute proche et sa situation plein Est est remarquablement uniforme.

 

   C'est un vin merveilleux qui se place dans le peloton de tête des vins du nuiton et qui cousine fortement avec Bonnes Mares. Il est sans doute le seul à pouvoir rivaliser avec l'intensité "athlétique" du cru en sa partie cambuléenne car sa texture toujours très profonde et sa générosité légendaire en font un vin de haute tenue qui s'épanouit véritablement sur le long terme.

  Le domaine Harmand-Geoffroy exploite ici plus de un hectare dans des parcelles mêlant le haut et le bas du climat, il en tire un vin toujours très élégant et raffiné qui s'exprime depuis quelques années avec autant d'intensité que de douceur de texture. Avec ceux des domaines Dupont-Tisserandot, Guyon, Faiveley et Confuron-Cotetidot il me paraît être le plus complet de son temps et en déguster un a toujours été ces dernières années un intense moment de plaisir. Ce 2003 est issu d'une année solaire et très précoce et il correspond à un net changement d'orientation vers la douceur de texture et la pûreté au domaine. Peu d'extraction et un élevage attentif ont repoussé les notes animales et réductrices qui émaillaient légèrement certains crus du domaione dans les années antérieures.

  Ce vin est sombre et présente une robe rubis très engageante qui semble avoir été légèrement filtrée. Les senteurs de pivoine, de giroflée et de mûre se combinent en un profil nasale intense fort séducteur et finement chocolaté à l'aération . La bouche est très légèrement confite et exprime de francs arômes de pruneau, de poivre noir et de garrigue, très caractéristiques de cette année ensoleillée. La finale montante et la texture douce procurent beaucoup de plaisir. Tanins très fins, élevage discret.Un beau vin qui a le mérite d'être déjà "en place". Très bien+

style intermédiaire

Publié dans Côte de Nuits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article