Meursault Perrières 1993 - Domaine Jean-Michel Gaunoux

Publié le par Patrick Essa

à Meursault

Domaine Gaunoux Meursault 1er Cru "Les Perrières"

Le cru de Perrières est sans conteste le plus courtisé de la commune car il réunit les qualités essentielles de puissance et de tension qui signent les plus grands vin blancs issus du chardonnay. Peu d'écrits se penchent en revanche sur les facteurs qui génèrent cette supériorité affirmée. On se fonde le plus souvent sur une tradition ancestrale qui positionne le climat très proche du grand Montrachet pour sa longévité et son originalité. Combien savent qu'il en est en fait l'exact contraire stylistique? Autant le Montrachet s'exprime par une vinosité insurpassable, autant le Perrières est un vin tellurique, énergique, violent, à la sauvagerie quasi dérangeante, qui  déroute souvent lorsqu'il est jeune. Ce vin sans compromis est produit sur des secteurs assez divers qui marquent également la race formelle des crus qui en sont issus. Ainsi la "Grande Perrière" qui fait suite aux Genevrières du dessus jusqu'à la grotte - qui la connaît!? - de la "Porre et Piarde" donne t'elle les vins les plus civilisés du climat , assez proches au fond des "grands Genevrières" qui lui font face car plus opulents, plus sensuels et plus immédiatement accessibles, ils livrent une partition droite et pure qui s'assagit un rien plus vite que la partie haute du finage. celle-ci appellée "Perrières dessus" est également très morcelée car disposant de parcelles hautes et basses, avec des orientations variables, elle confère aux crus un côté rocailleux qui densifie la granularité de la texture et finit par imprimer une sensation quasi coupante sur la langue. vin de cailloux sur des terres maigres, vin sidérant de finesse évoquant les dessus du Chevalier ou la rigidité de la Goutte d'Or si méconnue. Le meilleur secteur est cependant le "plat des Perrières" juste au dessus de la "grande Charmes" du dessus, il englobe le Clos et une langue de terre qui va butter contre les Champs Canets de Puligny-Montrachet. Les vins produits dans ce secteur sont sans conteste les plus grands Bourgogne blancs par leur intensité et leur bouquet unique mêlant les accents rocailleux d'une minéralIté vraie et cette incomparable touche grillée/mentholée que génère les beaux chardonnays d'équilibre subtil.

 Jean-Michel Gaunoux possède une merveilleuse parcelle de Perrières "du plat" située contre le Clos en son bord nord. exposée plein Est, peu pentue et reposant sur une maigre substrat argilo-calcaire, pierreux. En contre-bas de l'ancienne carrière sur un sol qui a été remanié plusieurs fois au cours de son histoire, il y produit un vin précis et fin dans un style toujours épuré et destiné à la garde. Les fermentations sont réalisées dans des cuves inox puis le vin est déçendu en fûts et élevé 12 à 16 mois dans une proportion de 25 à 30 % de bois neufs. Il en résulte un vin très régulier qui a toujours une vraie personnalité.

  Ce 1993 reposait dans ma cave du dessus du village depuis plus de 15 ans, au froid et sans la moindre vibration sous des voûtes tri-centenaires. L'année fut difficile car les raisins de maturité froide ont imprimé une certaine austérité aux crus et les ont longtemps laisser un peu atone, comme s'ils refusaient de s'exprimer, comme s'ils refusaient d'être consommés. mais la personnalité du cru commence aujourd'hui à poindre et il est à peu près temps de commencer à les boire sur des poissons de rivière ou des volailles blanches...

  Celui-ci est encore très jeune d'aspect. Avec sa couleur jaune claire et ses reflets scintillants, il semble à peine se réveiller d'un long hibernage. Quelques notes mentholées introduisent un nez complexe qui s'ouvre à l'aération sur des accents de citron, de cannelle et de gingembre mêlés à une fine trace grillée réductive. En bouche le vin est nerveux, pur, encore très droit et possède une trame puissante et fougueuse densifiée par une acidité juste et rafraîchissante. j'aime son côté juvénile et ce caractère affirmé qui domine le palais sans forcer avec ses arômes de fruits confits, d'agrumes vertes et de tilleul. la finale est longue, rectiligne et montante. Un grand vin dans un millésime moyen, un vrai vin de terroir. Excellent.

style classique

Publié dans Côte de Beaune Blanc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article