Richebourg 1998 Domaine Anne Gros à Vosne Romanée

Publié le par Patrick Essa

 

Avec près de 55 ares de Richebourg en propriété le domaine Gros fait partie des propriétaires importants de ce grand cru prestigieux. Situées dans la partie septentrionale des "Veroilles ou Richebourg" les vignes du domaine ont pour partie été plantée en 1942. Le secteur est un peu plus tardif - car orienté légèrement le nord - que le Richebourg proprement dit mais son sol parfaitement similaire confère aux vinx qui en sont issus une puissance rare. IL s'agit d'un sol assez maigre composé d'éboulis avec la roche qui affleure à certains endroits. La vigne souffre en ce contrées et il est certain qu'elle est obligée de plonger loin ses racines pour subsister. Les rendements y sont donc naturellement mesurés et permettent des niveaux de concentration remarquable. Un Richebourg bien né est sans doute le vin le plus puissant de Bourgogne, capable de s'affiner des décennies en se bonifiant, en cela il ne le cède pas même à La Tâche ou au Chambertin. Je le considère depuis longtemps comme l'un des trois crus les plus complexes de la Côte de Nuits.

  1998 est une année complexe qui a engendré des vins de tous niveaux. Une récolte modérée, des maturités froides et des peaux épaisses ont marqué les vins du côté de l'austérité quand ce n'est pas de la "dureté". Les crus puissants ont mis beaucoup de temps à fondre une matière première brute et tannique qui peut parfois confiner à la sècheresse.CependaNt les vins sont charpentés et semblent vieillir avec bonheur.

  Celui-ci ouvert après un superbe Bonnes-Mares a su parfaitement tenir son rang et affirmer sa nature athlétique et musclée dans un registre masculin assez vibrant. Couleur rubis, soutenue, légèrement marquée par une évolution vers l'acajou, visqueuse sur le parois du verre et encore jeune pour ses 11 années de bouteille. Les senteurs de pruneaux, de framboise écrasée et de poivre noir se mêlent harmonieusement pour livrer un profil nasal complexe, preque luxuriant et surtout d'une volatilité affirmée qui fait que le vin change de facette de minute en minute. Les tanins serrés d'une bouche concentrée et un peu anguleuse apportent une dynamique certaine à ce vin fringant comme un pur-sang. Il "richebourde" à souhait avec ces arômes de caroube, de chocolat noir et de réséda et le palais en est vraiment "imprimé". L'élevage est aujourd'hui parfaitement intégré et le naturel confondant de la finale longue et montante confirme la dextérité de Anne Gros aux vinifications. Un beau vin. Très bien++. 

Style Classique

Publié dans Côte de Nuits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article