Verticale de Beaune Clos Des Mouches Blanc - Joseph Drouhin:

Publié le par Patrick Essa

   bourgogne-cote-de-beaune-beaune-1er-cru-clos-des-mouches-bl.jpgLe Clos des Mouches est situé à l'extrême sud de l'aire d'appellation Beaune, il touche au sud le vignoble de  Pommard. Positionné au milieu du coteau, dans une zone en pente douce qui est orientée est/sud-est sur  14 hectares. Il s'agit de la plus grande parcelle de ce cru, répartis à parts égales entre le rouge et le blanc.
 Son nom provient de la situation ensoleillée du clos qui abritait des ruches. En ces contrées les abeilles étaient  appelées autrefois "mouches à miel" et le nom en découle donc... Ce cru fut  l'un des premiers acquis par Maurice Drouhin juste après la première guerre mondial. Il réussit alors à acheter 41 parcelles différentes à 8 propriétaires différents. Le Clos des Mouches est planté en rouge et en blanc, à parts égales et donne toujours des vins fruités et accesssibles qui de plus savent parfaitement vieillir. Sur un sol mêlant argile et calcaire, la partie haute est marquée par une terre pierreuse. Au coeur du clos  le substrat est rocheux et marno-calcaire et ce  sol plus  léger  permet une évolution des vins vers une  finesse affirmée.
Le domaine exploite ici le chardonnay sur une surface de  6,82 ha. L'âge ge moyen des vignes  est d'environ 45 ans.

 

     Au cours d'une éblouissante soirée vineuse bourguignonne où tous les rouges furent des Bordeaux nous eûmes droit à un préambule remarquable fait des fameux blancs beaunois du Clos des Mouches. Sept hectares de bas,milieux et hauts de pentes pour des bouteilles ancrées dans leur époque et toutes porteuses des messages afférents aux caractères de leurs millésimes. Quel plaisir que de boire ce vin franc, mûr et sensuel issu d'un sol calcaires souvent fort maigre et pierreux.

 

Un 2010 ouvert et construit sur une matière svelte et harmonieuse a introduit la série  sur une élégance affirmée et un "touché" de bouche souple et caressant. Sa finale plus vive ne masque toutefois pas une légère touche botrytisée aux accents de mandarine amère très engageant même si un peu "facile". Belle longueur.

 

  beaune-clos-des-mouches-premier-cru-blanc-32-etiquette.jpg2008 plus frais, droit et parfaitement équilibré est une brillante réussite car sa texture dense et son allonge fantastique le positionne au niveau d'un cru de haut vol, ce qu'avouons le je n'imaginais pas...du très bel ouvrage!

   2006 est aujourd'hui parfaitement abouti et s'il est construit sur une acidité plus basse, il ne manque pas le moins du monde de fraîcheur. Vin souple et racé à la finesse affirmée et à la viscosité juste.

 

2005 se montre un peu évolutif - comme de nombreux vins du millésime en ce moment - et ne possède ni la race, ni la complexité des précédents. Déception.

2004 a de la tenue, est pur et se montre équilibré en même temps que bien doté au niveau de sa matière.

2001 est moins précis au nez mais a de la tenue et une finale aérienne qui séduit. A carafer.

1992 enfin n'a plus la classe qui a été la sienne et se montre fatigué au niveau aromatique avec des accents rancios qui annoncent son déclin. Pas inintéressant mais bu cinq ans trop tard.

 

   En résumé la régularité impressionnante des bouteilles et la permanence aromatique de leur expression furent une source de plaisir intense pour tous les commensaux. Quel beau cru de blanc que ce Clos des Mouches qui stylistiquement représente un peu le trait d'union entre les grands vins issus de la Côte des blancs et le grand cru Corton-Charlemagne! A découvrir en dépit d'un prix qui correspond à sa réputation et à sa confidentialité. Comptez 70 euros chez un caviste.

 

 

Patrick Essa - Le 30 Octobre 2014

Publié dans Côte de Beaune Blanc

Commenter cet article