Morey Saint Denis Premier cru (3): Les Genavrières

Publié le par Patrick Essa

Morey Saint Denis Premier cru (3): Les Genavrières

Dans les villages où les grands crus ont été largement remembrés selon des intérêts communaux évidents, subsistent des crus miniatures dont les meilleures parties ont été associées aux grands crus joignants. Ainsi ces Genavrières ont elles été déclarées aptes à augmenter la surface du Clos de la Roche voisin il y a une petite centaine d'années. Toutefois par soucis de qualité le haut du cru resta alors un simple Morey promulgué par la suite premier cru dans le courant des années 1950.


Fort proche des Chaffots voisins, partageant avec lui une pente forte comprise entre 230 et 279 mètres, un bon drainage et une belle exposition Est en même temps qu'un sol pierreux marno-calcaire, c'est un joli cru frais et altier. Sans avoir la profondeur des grands crus voisins il joue une partition fine et assez délicate qui évoque les crus de Chambolle comme les Fuées sans toutefois avoir toute leur complexité.


Si le domaine Marchand Frères possède ici 8 ares et en tire certaines années un vin souple et racé, ce sont les domaines Peirazeau (68 ares) et des Monts Luisants (33 ares) qui en ont le plus en production. Le premier fournit généreusement le négoce haute couture de la place (Marchand-Tawse, Lucien Le Moine) et en produit également, alors que le second diffuse depuis Beaune des vins délicats parfaitement élevés.

Patrick Essa - 2016

Morey Saint Denis Premier cru (3): Les Genavrières

Publié dans Côte de Nuits

Partager cet article

Morey Saint Denis Premier Cru (2): Les Chaffots

Publié le par Patrick Essa

Premier cru de Morey Saint Denis: Les Chaffots

Premier cru de Morey Saint Denis: Les Chaffots

Par essence les classements sont imparfaits. A un moment donné il est nécessaire de déterminer ce qui sera classé en grand cru et ce qui restera premier cru ou village.
Ainsi dans la logique bourguignonne, les usages loyaux et constants ont présidé à des regroupements et ces Chaffots n'ont été intégré ni au Clos de la Roche, ni au Clos Saint Denis. Du moins c'est ce qu'il apparaît si l'on se cantonne à une lecture de carte rapide. Car, si, plus finement, on se penche un peu sur la question il apparaît que seul le Dessus en a été écarté, en fait la partie qui jouxte au Nord les Calouères qui elles aussi sontintégrées au Saint Denis. Le Bas des Chaffots donne donc aujourd'hui un Clos Saint Denis profond et sèveux et en constitue l'un des meilleurs secteurs.
Il y a de forte présomption pour que les Chaffots actuels n'aient pas toujours été plantés de ceps de pinots fins, du moins pas au niveau où aujourd'hui la pente est la plus forte, soit à partir du milieu du climat dans le sens du coteau. Juste en dessous du village "Pierres Virants". Ce fait semble d'ailleurs parfaitement corroboré par l'évolution de l'orthographe du cru - cf Danguy et Aubertin - qui est passé au fil des siècles de l'Echaffaud à Les Chaffauds" puis les "Les Chaffots". Un Echaffaud qui constitue forcément un endroit assez plat ou le seigneur rendait justice et où parfois l'on pendait les condamnés. D'autres lieux-dits évoquent par ailleurs ces pratiques comme les Fourches à Nuits ou la Justice à Gevrey par exemple.


Premier cru d'altitude un peu frais car sous l'influence éolienne de la Combe sèche de Morey, il est composé d'un substrat argile calcaire ou l'on retrouve de nombreux fossiles, sous forme d'entroques. Sa pente assez forte en partie haute fait qu'il a tendance à raviner et que son entretien est coûteux en temps et en énergie pour les quelques propriétaires qui se partagent ses 6,2 hectares.
Cru sombre et puissant, il doit une partie de son énergie à une maturité un rien plus tardive que ses voisins immédiats. Très singulier en raison de sa position élevée sur le coteau qui tranche avec les autres premiers crus communaux sis plus bas que lui - à l'exception du Monts Luisants - et beaucoup plus marqués par les argiles.
Vin racé, fin et très élégant il demande à vieillir pour affiner une trame serrée et une vivacité qui lui procure une fort juste tension.


Chez les producteurs la cuvée la plus connue est sans doute celle du domaine Hubert Lignier, elle est toujours très réussie et vieillit remarquablement. Le domaine Michel Magnien produit également un vin droit et généreusement boisé.

Patrick Essa - 2016


Morey Saint Denis Premier Cru (2): Les Chaffots

Partager cet article