La Côte de Beaune du Sud au Nord 13: le vignoble de Savigny Les Beaune

Publié le par Patrick Essa

La Côte de Beaune du Sud au Nord 13: le vignoble de Savigny Les Beaune

Théologique et morbifuge serait ce cru de Savigny Lès ("près de" en vieux français) Beaune! Faire fuir la mort a de quoi séduire le buveur le plus exigeant j'en conviens mais pour s'attacher les bonnes grâces des dégustateurs exigeants du monde entier, il faut plus que cela! Et comme partout en cette côte de Beaune bénie, la commune ne manque pas d'atouts grâce à ses crus digestes et plaisants qui enthousiasment par leurs personnalités subtiles et spirituelles. Si j'osais je dirais qu'aujourd'hui le vin de Savigny est "légaliste et prohibifuge" car toujours droit sans que l'on puisse s'en passer ... Les temps changent mais les adages restent!

 

 

 

    Vaste commune située entre la Montagne de Corton et le magnifique Coteau de Beaune, ses vignes naissent au Sud contre l'autoroute A6 qui recouvre des terres qui faisaient autrefois partie de son finage, le cru de Marconnets en particulier, et se terminent tout contre les Vergelesses de Pernand. C'est une des plus grandes communes du Beaunois avec plus de 375 hectares plantés et classés - majoritairement de pinots - et comme sa grande voisine beaunoise, nombre de ses climats sont fort justement classés en premiers crus sur 140 hectares.

 

    De manière notable pas un de ceux-ci n'est susceptible d'être contesté et il est assez difficile d'en définir une hiérarchie admise et pertinente. Je ne le ferai pas en tout cas car à des titres divers ils présentent tous des caractères affirmés qui devraient conduire les amateurs à les découvrir en profondeur. Une expérience qui sera sans aucun doute passionnante pour qui la tentera!

 

  1891064_10201789199116995_165049082_n.jpgUn premier coteau commence au Sud en poursuivant le finage de Beaune vers les climats des Marconnets et des Peuillets. Argilo calcaire en son sommet et plus sablonneux lorsque l'on descend la pente, il regarde le Nord-Est et se montre en de nombreux points comparables aux vins de Beaune. Sa meilleure portion se situe en son centre avec le cru des Jarrons, coiffé par les Hauts Jarrons, et son sous lieu-dit appelé de longue date La Dominode ou encore Dominaude. C'est un vin profond et charnu qui rivalise avec les meilleurs crus du Beaunois. Sous lui Narbanton est un peu plus fin mais également moins dense en moyenne, il vieillit bien. J'ai un faible pour le Peuillets qui a la tendresse des Volnay avec une fraîcheur caractéristique. Rouvrettes est plus ferme et le petit Redrescul peu mécanisable est planté dans le sens Est-ouest et donne des blancs tendus et assez fins.

 

     

 

 

 

 

 

  1510620_10201789198676984_2079087906_n.jpgUn second coteau fait face au premier avec des orientations diverses mais majoritairement Sud-Est. Moins argileux en son sommet et fort pierreux il livre les vins les plus délicats du secteur avec bien entendu de notables exceptions comme en Serpentières. C'est une zone admirable et l'un des plus beaux coteaux de Bourgogne pour le pinot fin. Vergelesses au Nord contre Pernand, Lavières et Serpentières forment un trio de crus parfaitement constitués, toujours impeccablement mûrs et équilibrés. Ils sont sans doute les plus représentatifs de cette commune car leur fruité rouge associé à un caractère épicé est des plus original. Je comprends mal leur relatif manque de notoriété et ne peut que souligner ici leur remarquable rapport qualité/prix. À noter l'existence dans les Vergelesses d'un sous lieu-dit nommé Bataillère qui a toujours été considéré localement comme la meilleure portion du cru.

 

 

 

 

 

1920473_10201789198196972_1050329226_n.jpg    Les zones de villages sont situées en majorité sur le cône de déjection en allant vers Chorey. Productives elles donnent des vins sains et gourmands qui peuvent être meilleurs que les Chorey et Beaune village en particulier dans la zone des Liards. Un autre secteur plus élevé est positionné à l'Ouest de la Combe de Barboron et, plus élevé, est parfois planté de pinot blanc ou de chardonnay. Les Gollardes en est je pense le meilleur lieu-dit.

 

   Producteurs recommandés:

 

Domaine Rodolphe Demougeot (Peuillets)

Domaine Bruno Clair (Dominodes)

Domaine Albert Morot (La Bataillère)

Domaine Pierre Guillemot (Serpentières)

Domaine Pavelot

Domaine Chandon de Briaille

Domaine Lebreuil

 

 

 

 

+ Le climat des Serpentières:

    Les Sepentières sont situées à la sortie du village, non loin du cimetière, dans une zone pierreuse, relativement plane qui mêle argiles rouges et calcaire. Ce climat exposé au sud-est engendre des vins de longue garde qui mettent toujours un peu plus de temps que les autres Savigny pour se révéler. De ce point de vue ce sont souvent les vins les plus discrets et austères du finage en jeunesse. En revanche ils prennent au vieillissement un bouquet unique d'églantine et de mûre sauvage qui évoque les meilleurs crus de la Côte de Beaune. Assez précoce car solaire il permet également aux crus d'avoir une texture tannique charnue mais jamais trop ferme. C'est indicutablement un vin que les amteurs de Bourgogne doivent rechercher. Le domaine Guillemot - entre autres - produit ici un vin droit et fin sur un peu plus de un hectare dans les parties médianes et basses du finage.Pour en avoir déguster de très anciens, je puis signifier qu'ils ont une densité remarquable et une capacité de garde proverbiale. Merveilleux : 76/78/79/85/88 et 90. {C}

 

   Les bons producteurs de cette appellation sont assez nombreux et tous réalisent des vins qui peuvent se comparer aux meilleurs Beaune et Corton voisin. Obtenir pour la moitié du prix d'un grand cru de la Côte de Beaune une qualité quasiment équivalente ne se retrouve d'ailleurs qu'à Savigny les Beaune. Un des villages les plus sous-estimés de la Côte de Breaune en raison d'une plaine alluviale trop conséquente en forme de "puit à vin". Le présence de la ville de Beaune juste à côté à également porter un peu préjudice au finage qui est bien souvent perçu comme une sous partie de cette AOC. Vraiment dommage car Savigny est toujours un vin raffiné et parfaitement équilibré. Petit bémol sans doute, la rusticité de certaines cuvées "villages" de bas de coteaux.  

  • Domaine Ecard: fin, bouquété et séveux, les vieux vins sont superbes.
  • Domaine Pavelot: Concentré et tannique à la longévité proverbiale
  • Domaine Lebreuil: les derniers millésimes sont splendides
  • Domaine Giboulot: très élégant.
  • Domaine Guillemot: un hectare idéalement placé
  • Domaine Drouhin: une cuvée régulièrement réussie et gourmande.
  • Domaine Bize: un vin qui a de la tenue et qui se montre très élégant dès son jeune âge.

 

Patrick Essa Le 14 Mars 2014

reproductions et citations interdites sans autorisation de l'auteur 

 

         

La Côte de Beaune:

 

La Côte de Beaune du Sud au Nord 1: Le vignoble des Maranges

La Côte de Beaune du Sud au Nord 2: Le vignoble de Santenay

La Côte de Beaune du Sud au Nord 3: Le vignoble de Chassagne-Montrachet

La Côte de Beaune du Sud au Nord 4: Le vignoble de Puligny-Montrachet   

La Côte de Beaune du Nord au Sud 5: Le Vignoble de Saint Aubin

La Côte de Beaune du Sud au Nord 6: Le vignoble de Meursault  

La Côte de Beaune du Sud au Nord 7: le vignoble de Saint Romain

La Côte de Beaune du Sud au Nord 8: le vignoble de Monthélie

La Côte de Beaune du Sud au Nord 9: le vignoble d'Auxey-Duresses

La Côte de Beaune du Sud au Noed 10: Le Vignoble de Volnay      

La Côte de Beaune du Sud au Nord 11: le vignoble de Pommard

La Côte de Beaune du Sud au Nord 12: Le vignoble de Beaune 

La Côte de Beaune du Sud au Nord 13: le vignoble de Savigny Les Beaune

La Côte Beaune du Sud au Nord 14: Le Vignoble de Pernand-Vergelesses

La côté de Beaune du Sud au Nord 15: le Vignoble de Chorey Lès Beaune

La Côte de Beaune du Sud au Nord 16: le vignoble d'Aloxe-Corton

Partager cet article

Dégustation thématique: Ladoix et Corton

Publié le par Patrick Essa

Dégustation thématique: Ladoix et Corton

Ladoix blanc 2013 - Domaine Ravaut en Magnum: Assemblage de deux parcelles qui totalisent 72 ares et sont situées non loin du Charlemagne. Ce 2013 mêle la charpente des terres argileuses de bas de pente à la finesse que le chardonnay du secteur acquière à mi-coteau. Vin souple et fluide construit sur une honnête matière, il se livre dès aujourd'hui et séduit par sa juvénile rondeur. Un vin gourmand qui a parfaitement introduit la soirée.

Ladoix blanc premier cru 2014 Les Nagets -Maratray-Dubreuil: Petit premier cru blanc monopole de 53 ares, il touche au Nord le climat des Gréchons et se situe juste sous le bois de Corton. Déjà sous l'influence éolienne de la combe de Vry et placé haut sur le coteau, il développe naturellement, dans ce millésime de tension, un caractère fruité un peu froid. Les notes de menthe et de verveine du premier nez font place à des effluves de gingembre et de citron de Menton, la bouche est bien équilibrée par une juste acidité et l'élevage est fort discret. Un vin svelte et racé.

Ladoix premier cru blanc Les Gréchons 2010 - Domaine Capitain: Sur un sol caillouteux marqué par les éboulis calcaires et une fine couche de terre arable, on retrouve un 2010 mûr et assez opulent signalant sans doute un léger botrytis initial sur les raisins. A la fois glycériné en milieu de bouche et assez vif en finale, il illustre avec acuité le caractère du chardonnay de hauteur dans un millésime tardif, peu abondant et construit sur une acidité tartrique assez importante. Un cru de table, parfait pour accompagner un joli poisson de rivière grâce à ses légers arômes confits.

Aloxe-Corton Premier Cru La Coutière 2012 - Capitain: Entre La Toppe au vert, Les Grandes Lolières et les Chaillots, ce sol très calcaire et pentu est souvent complanté de pinot noir. Cette incursion du chardonnay sur son sol prouve que la mixité des terres n'est pas toujours possible car dans ce millésime puissant et assez charpenté, il manque un peu de nervosité et de race pour affirmer un caractère singulier. Bien vinifié, assez pur et construit sur un volume assez imposant, il manque de distinction et de finesse pour dominer le cru précédent et lui faire suite avec bonheur. Sans démériter, il ne séduit pas complètement.

Corton-Charlemagne 2007 - Maratray-Dubreuil: Encore un très bon vin de cette maison qui a remporté tous les suffrages ce soir là. Pur, frais, concentré, il n'a pas bougé depuis que j'avais écrit un article sur sa classe supposée après l'avoir dégusté au palais des congrès dans les vins du millésime. Je le retrouve très racé et avec ce grain "Charlemagne de l'Est" qui n'est pas forcément mon sol préféré mais qui à ce niveau à un pouvoir de séduction étonnant. Très beau.

Corton-Charlemagne 2010 - Bouchard Père et Fils: Nez finement réduit s'exprimant sur l'allumette suédoise et des accents résiduels soufrés, il s'ouvre ensuite sur des notes naphtées et de silex frottés très caractéristiques de cette cuvée au domaine. Un vin droit, vif, ciselé et tranchant qui doit impérativement fondre sa fougue sur le long terme mais qui a un corps d'une rare puissance. Sans doute un vin formidable dans 15 ans...

Ladoix Rouge Les Carrières 2010 - Ravaut: Climat de récente création dans des zones dévolues aux carriers naguère, voilà l'exemple fruité type du pinot bénéficiant d'une belle exposition Est et d'un sol de niveau moyen. Le vin possède de jolis tanins fins, une matière fluide et une très belle "buvabilité". Peu onéreux, il constitue une affaire pour l'acheteur mais ne dispose pas d'un caractère Corton très affirmé.Mais cette filiation est-elle nécessaire? Voir...

Ladoix premier cru La Micaude 2011 - Capitain: La Micaude fait suite aux Corvées, sur une pente douce orientée plein Sud. Dans ce millésime précoce où la maturité ne fut pourtant pas toujours au rendez vous, marquant les vins du côté de notes feuillues - de type pyrazine - peu engageante, il a quasiment pu s'en affranchir. Le nez en est encore un peu imprégné mais en bouche les tanins fins et la douceur de texture plaide pour ce cru parfaitement vinifié et très délicat. Un joli vin dans ce contexte peu aisé.

Ladoix premier cru "Les Joyeuses" 2012 - Perrin: A mi coteau contre le Bois Roussot et non loin des Mourottes ce climat peut se décliner en village et premier cru. La partie premier cru exploitée par le domaine Perrin nous a franchement plu dans ce millésime. On sent une vinification assez proche d'options naturelles qui par exemple laissent poindre un gaz carbonique un rien saillant mais également un fruité frais, très pur et une matière racée et sauvage. Beau vin de sol ayant un caractère très singulier et une vraie allonge complexe. Y a t'il ici une vinification en raisins entiers, j'avoue avoir envisagé la chose. Une très belle découverte!

Aloxe-Corton 2012 - Perrin: Les villages d'Aloxe peuvent parfois procurer des notes un peu rustiques aux vins qui en sont issus, c'est le cas avec celui-ci qui sans démériter n'arrive pas au niveau des Joyeuses en dépit d'une concentration plus affirmée et de tanins rugueux. Trop jeune sans doute, son niveau de gaz élevé requière un "carafage" et même une agitation dans le verre. Mais j'avoue avoir été moins séduit que par le précédent car les notes aromatiques plus terriennes sont moins pures et avenantes.

Aloxe Corton premier cru 2010 - Ravaut: Mélange savant de Vercots, Paulands et Fournières, ce vin plein et "séveux" nous a plu pour sa concentration et ses tanins fins. Ils commencent à se fondre pour procurer une très belle allonge à un ensemble bouqueté et frais qui confirme la qualité de ce millésime qu'il est désormais possible de boire sans craintes..

Corton Clos du Roi 2013 - Maratray-Dubreuil: Quel beau vin pour demain! Racé, fin et d'une vibrante matière mûre, il enthousiasme par sa persistance sur des arômes de griotte et de pruneau frais. Très belle adresse de vinification pour un cru qui fait honneur à ce si qualitatif lieu-dit. Un régal!

Corton Bressandes 2009 - Nudant: Le millésime , nous le savons aujourd'hui, est sans conteste le plus grand de cette décennie. Souple dès sa naissance, il a pu faire croire à certains qu'il ne se tiendrait pas face au supposé étalon qu'était 2005. Mais il n'y a pas photo en moyenne et cet esprit de 2009 qui exalte le fruit juste mûr et une balance aromatique composée d'épices et de fruits noirs, est un pur moment de bonheur. Encore un Corton vibrant de classe et tout à fait digne de son rang de grand cru.Sur une pièce de gibier avec une sauce bien réduite, il aurait sans doute fait merveille... Superbe.

Corton Renardes 2011 - Capitain: le positionner derrière le 2009 ne fut pas un avantage pour lui en dépit de sa jolie stature et de son grain fin. Le millésime le marque toutefois sur des accents végétaux discrets qui gâchent la pureté d'un ensemble fluide et assez gourmand qui n'a pas le fond de ses voisins du soir. Un bon vin mais pas forcément à l'aise ici.

Le Corton 2005 - Bouchard père et fils: la parcelle est fantastique, le vin toujours très régulier et le millésime de haute réputation...mais il se montre pourtant encore un peu brutal et sans le poli du 2009 et du 2013. En revanche on sent sa capacité de vieillir en se bonifiant et le choix de la maison de produire un grand cru destiné à la très longue garde. Pour amateur de vins au grain austère et à la rude expression terrienne. Mais un peu de finesse en plus lui siérait parfaitement!

Patrick Essa - 2016

Partager cet article