Journal du Millésime 2019 - Mai

Publié le par Patrick Essa

7 Mai

Être en bio...certes, mais pour l’amateur du domaine cela signifie quoi?

Depuis une vingtaine d’année la viticulture caractérise les exploitations en fonction du travail mené durant la période végétative sur les vignes. En fait chez nous de fin Avril a début Août. Soit à peine 4 mois pour déterminer si vous êtes un « chimiste conventionnel », un bio ou un bio-dynamiste. C’est un peu comme si l’on caractérisait votre emploi, quel qu’il soit, sur les résultats obtenus lors des trois mois ou vous avez le plus de responsabilité.
   Soit, c’est important et même fondamental, mais cela n’est pas tout car évidemment nombreux sont les autres gestes en cave comme aux vignes qui définissent précisément votre travail. C’est un peu la raison d’être de ces courts textes que je mets en ligne au quotidien car ils rendent compte de pratiques effectives sans rien occulter. 
    Le temps du second traitement en Bio-Contrôle arrive pour nous. Il est tombé plus de 20 mm de pluie et donc nos produits de contacts - soufre avec Thiovit et cuivre avec cuproxat - ne protègent plus nos plants.
    On nous annonce une jolie semaine jusqu’à Jeudi, puis  à partir du Vendredi 17 à nouveau quelques précipitations. Il faut donc anticiper car le cuivre est un produit qui « entre en action » au moment où les pluies tombent.
   Nous avions utilisé 150 g de cuivre métal lors de notre premier traitement nous allons en pulvériser 250 cette fois ci car les feuilles ont un peu poussé. La dose de soufre augmentant pour les mêmes raisons. Nous serons ainsi « couvert » pour une bonne dizaine de jours si j’en juge les modélisations du climat que l’on nous donne pour la période.
   Si vous avez des questions...n’hésitez pas.

Journal du Millésime 2019 - Mai

12 Mai

Arc en Rugiens 

    Entre ombre et lumière les nuages bas laissent poindre un trait de couleurs recouvrant la terre naturellement rougeoyante des Rugiens. 
   Maussade, ce temps gris et venteux est propice au recueillement et au repos, revenons aux traditions du Dimanche d’antan!
  La vigne pousse selon des rythmes variables qui ont été impulsés par des températures capricieuses. Tantôt vigoureuse et droite car elle a poussé dans les courants d’airs de vents divers, tantôt chétive en raison d’une froidure qui ne l’a point tuée mais préservée  en un sommeil languissant. 
   2019 est l’année de tous les possibles et il m’est loisible de préférer que ceux-ci soient placés sous des auspices heureux et ce, de manière infaillible. 
   
   Le début de semaine s’annonce venteux et sec, quelques averses émailleront sa fin mais devrait nous permettre de rentrer sereinement dans des vignes sèches pour pulvériser nos milliards de micro-gouttelettes protectrices...sans perturber les week-end reposant de nos techniciens et riverains.

Journal du Millésime 2019 - Mai

14 Mai

Millésime 2011...prélude aux grands 15/17/18

   Le réchauffement climatique occupe les esprits des politiques autant que des gens travaillant avec la nature. Mais - et c’est le plus important - celui des citoyens. Nous sommes dans un cycle « chaleureux », cela est au moins avéré. 

Observons sur cette photo  qu’en 2011 le stade des vignes étaient autrement plus avancé qu’en cette année 2019 (photo 2).Nous avions vendangé au tout début de Septembre de bons vins, friands et élégants qui sont aujourd’hui à belle maturité. Ils n’ont peut être pas toute la profondeur des millésimes précoces les plus récents - 2015,2017,2018 - mais se montre extrêmement élégants et raffinés. 

Buvez les ou alors conservez les encore 5 à 10 ans.

Journal du Millésime 2019 - Mai
Journal du Millésime 2019 - Mai

17 Mai

Notre second traitement a été posé le Jeudi 16 Mai. Intéressant d’observer comment notre eau de pluie est mélangée au soufre en micro-bille et au cuivre grâce à notre « mélangeur » qui créé un « vortex par simple pression.
En photo en dessous notre ensemble tracteur Bobard et pulvé TB a jets portés nous permettant de traiter en début de campagne avec seulement 90 litres d’eau par ha. 
  Les vignes poussent lentement et désormais nous positionne dans une année assez tardive au regard des derniers millésimes. Le peu de pluie et le vent constant assèchent quelque peu les sols et les vignes sans véritablement souffrir ont pour l’instant des feuillages un peu jaune. Rien de bien Grave car avec un plein de pluie et de chaleur elles vont vite reverdir. Cela serait parfait si cela se produisait au début de Juin pour passer la Fleur tranquillement sans risque de voir des inflorescences se transformer en vrille et « filer »...ce qui à mon humble avis est un risque beaucoup plus grand cette année que le gel sur le finage de Meursault.

18 Mai

    Au 18 Mai Nous avons procédé à deux traitements bio-Contrôle dans nos vignes  à base de demies doses de soufre et de deux fois 150 grammes de cuivre métal pour juguler la pression mildiou modérée de ce début de campagne. Cet épandage prophylactique fort mesuré a été suivi d’un labour dans les parties de pieds de coteau  de nos vignes avant que ne tombe la pluie  - faiblement - dans le courant de  la semaine qui vient.  
   Rétrospectivement il apparaît que nous aurions pu nous passer du premier cuivre dans les coteaux  tant les nuits assez froides conféraient un risque modéré au développement initial  de la maladie. Mais notre dose ayant été mesurée il sera  possible de maintenir bas notre teneur finale en cuivre métal, un de mes objectifs cette année. Moins de 1,8 kg, comme l’année dernière. Merci à notre formidable pulvé TB, hyper efficace. 
   Je n’ai jamais été inquiet - et je l’ai écrit assez vite!-  cette année pour la gelée sur le finage de Meursault. Et si je sais depuis un bon moment que seule la Nuit du 4 au 5 Avril a été vraiment dangereuse, je pensais que nos bas de Marcausses et bas de Pellans étaient un peu touchés. En fait comme ce sont de zones tardives les bourgeons « dans le coton » ont parfaitement résisté. Ils se sont mis en sommeil dans un premier temps, laissant penser qu’ils étaient brûlés partiellement mais ont finalement éclos tardivement et se présentent maintenant en pleine forme même si peu poussés - voir les deux photos prises ce jour dans une des zones les plus gélives de Meursault - les Vignes blanches sous les Marcausses. 
    Les sorties apparentes de raisins ne sont ni faibles, ni aussi généreuses qu’en 2018 mais toutefois il y a risque de voir les inflorescences « filer »si le temps reste un peu trop frais. Et forcément cela éclaircira la récolte. Je pense qu’en dépit de mon optimisme il y aura des vrilles non fructifères dans les vignes cette année.  
   Les vignes ne sont pas en manque d’eau mais le vent a asséché les sols et elles se présentent encore un peu chétives et vert clair à jaune-vert dans certains secteurs . Nous sommes loin des effets d’une chaleur exagérée et en fait assez proche d’une année ultra classique.
  Je prédisais il y a six semaines la fleur vers le 10/15 Juin et les vendanges autour du  20 Septembre...nous verrons! Mais cela semble plausible.
   Prochain traitement bio-Contrôle le 27 Mai selon toute vraisemblance.

Journal du Millésime 2019 - Mai
Journal du Millésime 2019 - Mai

23 Mai

La terre est basse 

    Nous devions positionner un troisième traitement  ce jour en usant de doses modérées de cuivre et de soufre. Mais le temps sec et les nuits encore assez fraiches nous ont conduit a simplement l’annuler. Nos vignes sont saines et même si de ci de là la chlorose est apparente et le feuillage vert clair, il semble que les sorties de raisins soient idéales a l’élaboration de grands vins.
   Notre traitement 3 est ainsi repoussé et je crois que je ne traiterai pas le mildiou avant un nouvel épisode significatif de pluie. Sans 15 mm d’eau au minimum nous ne risquons je crois pas grand chose pour nos plants. 
   Il se confirme avec certitude cette fois que nous n’avons pas gelé et que les inflorescences n’ont pas filé. Si le temps est doux jusqu’au 15 juin, ce qui est annoncé a partir du 28 Mai la Fleur devrait passer tranquillement.
   La pousse est régulière et lente et nous permet d’ébourgeonner à notre main sous un franc soleil. Observez sur les 3 photos le travail réalisé dans les Coutures où nous visons des rendements inférieurs à 40 hl pour obtenir des Bourgogne rouge concentrés et idéalement mûrs. Nous retirons plus de la moitié des branches fructifères - on les voit au sol - pour ne laisser qu’une taille avec trois branches sur la baguette. ( voir photo) Ce travail casse le dos plus sûrement qu’une séance de gymnastique acrobatique et est mené pas Michèle, Noël et Ludovic.  
  Objectif, des vins pleins, gourmands et intenses...

Journal du Millésime 2019 - Mai
Journal du Millésime 2019 - Mai

26 Mai

Journal du Millésime 2019 (12)

Ça pousse fort!
    La végétation a depuis trois jours fait un bon considérable avec un temps pourtant sec. Les petites pluies annoncées ne sont pas tombées mais la conjugaison d’un temps avec des nuits moins fraiches, des journées ensoleillées plus chaudes et le réveil des zones ayant eu froid en Avril, donne des rameaux qui prennent rapidement de la hauteur. Avec un traitement (le troisième) à poser Vendredi qui vient et un Jeudi férié, cela risque de se bousculer dans les rangs. Nous embaucherons donc deux saisonniers supplémentaires à partir de Mardi. 
    Je n’aime guère faire cela car ébourgeonner est un acte fondamental qui doit être conduit par des mains expertes et surtout rigoureuses et régulières. Mais parfois la pousse commande et je crois que nous n’avons plus le choix. Il va falloir que nous soyons exigeants et pédagogues. Heureusement toutes les vignes de coteau et les meilleurs villages sont ébourgeonnés. Les 40 ouvrées qui nous restent nous réclameront encore plus de 15 jours effectifs de travail.
   Mais après un tour dans les vignes ce matin, je suis en revanche très satisfait de l’état sanitaire de nos parcelles qui labourées et parfaitement suivies au niveau des traitements sont claires et saines. 
   Les sorties de raisins sont plus importantes que ce que j’avais observé au début et il semble que les grappes sont bien aérées. Dans le cas d’une arrière saison humide, c’est idéal pour lutter contre le botrytis.
   Se profilent trois semaines très intenses qui en plus seront marquées par un nombre considérable de commandes à préparer. 
   Donc, ce we  et les suivants cela sera « boulot » pour Kate et moi. Elle au bureau et pour ma part aux « commandes ».
  Ainsi va la vie chez Buisson-Charles. Mais on n’a pas oublié de voter pour l’Europe au milieu de tout cela!

Journal du Millésime 2019 - Mai
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article