Meursault "Les Narvaux" 1999 Domaine d'Auvenay

Publié le par Patrick Essa

 

  Le lieu-dit narvaux est situé au dessus des Genevrières et est classé en appellation "village". Cependant la partie basse est aussi qualitative que certains premiers crus et de nombreux vignerons isolent cette cuvée pour la proposer à part comme pour les Tessons, les Chevalières ou le Limozin. Si le bas dispose de sols argilo-calcaires de fort bonne qualité, le dessus est plus caillouteux, positionné sur des sols plus maigres et également plus froids. Le domaine d'Auvenay possède une parcelle dans le milieu-haut du climat qu'il termine vers le sud. Les sols blonds caillouteux et un peu tardifs sont d'excellentes qualités et donnent des vins tendus et vifs d'une grande précision aromatique, centrée sur les fruits blancs mêlés à des notes florales. La vigne est conduite de manière très originale sur des paisseaux aussi haut qu'en Alsace. Taillée en crochet et rognée seulement sur les côtés depuis 2003, elle n'est jamais écimée de son apex depuis ce millésime. Les ceps sont liés deux à deux en forme de voûte pour ne pas avoir une végétation foisonnante et non canalisée. Un style.

  Conduit depuis 1997 en biodynamie, les traitements soufre et cuivre sont très réguliers et en fin de campagne les feuilles présentent un aspect bleuté par les passages successifs de cuivre. Très "détonnant" dans le contexte. Les charges sont mesurées et il y a rarement plus de 6 grappes sur un cep. Récolté  assez précocément à juste maturité, les fruits ont toujours un bel aspect or-vert et se dégustent bien, équilibrés et concentrés, je puis en témoigner!

 Ce 1999 se présente clair, sur des reflets verts et une couleur scintillante, sans aucune évolution. Subtilement réducteur au premier nez, Les senteurs de chèvrefeuille, d'agrumes vertes et de cannelle se mêlent à l'aération en un profil olfactif racé, pur et assez intense. La bouche est équilibrée sur une acidité constitutive rafaîchissante, juste car sans excès. Une texture un peu huileuse tapisse le palais de son énergie contenue et le vin semble encore un peu engoncé dans une trame comprimée. Le boisé est toutefois un peu présent et flatte par sa vanilline en libérant des arômes à "sucrosité" séductrice. La forme est envoûtante mais manque un peu de naturelle car la patte du vinificateur se fait encore sentir. Belle finale pour ce vin très "classieux" qui doit cependant être encore attendu. Bien+/Très Bien.

style classique

Publié dans Côte de Beaune Blanc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article