Gevey-Chambertin Aux Combottes

Publié le par Patrick Essa

Gevey-Chambertin Aux Combottes

Certains crus ont des caractères qui les isolent quelque peu des autres vins de leur finage car ils confinent géographiquement aux limites d'autres communes. Ainsi les Santenots de Meursault ont ils des accents volnaysiens alors que les Combettes de Puligny évoquent irrésistiblement les grands Meursault... On le voit, les frontières cadastrales des villages ne se réduisent pas de manière évidente aux caractères morpho-géologiques qui typent les climats d'une commune.

Les Combottes sont un cru caché de Morey et probablement le meilleur de cette appellation avec les Chaffots, les Façonnières, les Charmes et les Millandes... Pourtant elles sont gibriaçoises! Le problème toutefois est que en situation Sud dans le milieu de la côte Chambertin, elles ne ressemblent en rien aux quelques premiers crus du Nord de cette même Côte qui sont contre Chapelle, Ruchottes et Mazis. En fait lorsque l'on regarde le coteau il apparaît avec une certaine évidence qu'elles prolongent le climat de Monts-Luisants qui comme elles est en certains endroits marqués par des dépôts sableux. Ce sable qui, lorsqu'il reflète les rayons du soleil au moment du travail des sols les fait briller et reluire de milles feux. Ce scintillement là au milieu de la pente a sans doute fait penser aux vignerons piochant à façon que la terre sur laquelle ils étaient,pouvait être un véritable Mont-Luisant. On comprend ainsi mieux cette étymologie du voisin qui rayonne sur Combottes comme on comprend que ce cru plat à faiblement pentu placé sous la Combe Grisard et versant un peu vers le Sud ait été nommé ainsi. Les Combottes sont donc sous une Combe qui se dessinait parfaitement lorsque les "eaux et forêts" n'avaient pas eu la funeste lubie de la parsemer de sapins réfrigérants et coupant les vents, il y a quelques cent ans.

Entre Clos de la Roche des Monts Luisants et Latricières-Chambertin, notre cru dessine sur cinq hectares un presque carré plat qui se relève quelque peu sur son bord Ouest. Son substrat argilo-calcaire mêlé de sable est relativement pauvre et peu épais et la vigne y souffre lorsque les années sont trop sèches. Toujours fin et très délicat, il peut manquer d'un rien de tension et se diriger sur les sentiers de la maturité chaude en décuplant alors ses notes de prune et d'épices. Comme ces deux grands crus voisins, il développe des accents de girofle et de camphre parfois très insinuants en même temps qu'une touche poivrée saisissante.
Propriété de nombreux vignerons de Morey qui ne voient que ce premier cru de Gevrey depuis leur village car ensuite la pente "efface" les Chambertin, c'est un cru charnu et généreux qui se montre très proche de la nature du millésime. En ce sens il n'a peut être pas la capacité à gommer les variations climatiques qu'ont les meilleurs grands crus et est à sa place sur le plan du classement. Un bon premier, n'ayant pas la carrure d'un leader d'appellation.

Ceux que j'apprécie :

Rossignol-Trapet
Pierre Amiot
Dujac
Marchand frères

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrick Essa 05/07/2015 18:30

Merci Pierre, les encouragements sont vraiment bienvenus!

Pierre 02/07/2015 15:21

Merci pour cet article, j'en ai appris des choses grâce à vous. Amateur de bons vins, je suis ravi de prendre connaissance d'un si bon blog.