Climat Grand Cru: Grenouilles à Chablis

Publié le par Patrick Essa

 

Climat Grand Cru Grenouilles

 

 

  En 1935 le vignoble de Chablis est dans une situation précaire. Moins de 600 hectares sont plantés et la région se remet à peine de sa destruction par le phylloxera et des affres d'une grande guerre qui a décimé ses forces vives en emportant nombre de jeunes vignerons. Si le négoce continue de diffuser des vins dont les origines sont peu vérifiables et que le nom du village est déjà devenu un "marque" plus qu'un vin issu d'un finage icaunais délimité, les crus nés dans le haut moyen âge souffrent pour être reconnus à leur juste valeur.

  10599363_771069719616507_2285346586985915600_n.jpg

   Des géologues peu assurés brandissent alors - début du 20 ieme siècle - le spectre du kimmeridgien pour entériner la valeur agrologique nécessaire et suffisante à sa production en méprisant cordialement, et de manière sectaire et inconsidérée, les autres étages géologiques. Une rigueur excessive qui s'avèrera de plus, bien approximative avec les investigations plus poussées qui suivront.

 

   Quelques vignerons visionnaires  décident alors de classer les meilleures terres en adoubant 5 grands crus: Vaudésir, Clos, Valmur et Grenouilles sur Chablis et Blanchot qui les jouxte sur Fleys. Deux ans plus tard Bouguerots et Preuses les rejoindront, le premier fort critiqué en dépit d'une petite zone touchant Preuses et Vaudésir plus qualitative. En 1937 ce "sept majeur" représente près d'un quart du Chablis de noble origine et Grenouilles est alors le cru qui se poitionne juste devant Preuses et Bouguerots dans l'esprit des Chablisiens qui continuent même de tenir en plus haute réputation peut être les secteurs de la Côte de La Fourchaume sur la Chapelle Vaupelteigne, de la Montée de Tonnerre sur Fleys et de Mont de Milieu, trois zones historiques incontestablement reconnues depuis le 16 ième siècle. Signalons toutefois que si le bas du climat a les pieds proches du Serein et des Grenouilles croassant, le dessus lui, a toujours été considéré comme aussi qualitatif que la Moutonne, les Clos et les Vaudésirs. Sans compter qu'au moment des classements les Envers des grands crus étaient en bois ou en friches et que le bas des Clos servait de prés en certaines zones pour les cheveaux que l'on utilisait lors des travaux viticoles quotidiens.

 

    Le nom de Grenouilles est joli, très porteur à l'étranger et proche des racines du consommateur toujours enclin à le laisser aller à de bucoliques pensées. il devient des plus renommés et sans dépasser les Vaudésir ou Clos se taille une jolie réputation dans la restauration qui adore le servir sur les fritures et...les cuisses de grenouilles! Ce qui n'est assurément pas son meilleur accord tant le poisson de rivière lui est supérieur. 

 

  Sur les 110 hectares de grands crus de l'appellation Chablis, le finage de Grenouille est le plus modeste en terme de superficie puisqu'il ne mesure que 9 ha 80 a. Encadré par l'adroit de Valmur et l'envers de Vaudésir, il se situe dans une zone formant une croupe, orientée au sud-est et assez fortement inclinée ce qui lui confère un drainage idéal. Marqué comme ses pairs par le calcaire kimméridgien il est considéré comme l'un des crus les plus fins et séducteurs de la commune. Cependant ses sols assez riches peuvent générer des rendements  confortables qu'il convient de tempérer par des tailles mesurées pour obtenir le vrai caractère du cru, sinon la finesse peut confiner à la dilution...

 

   Près de 75% de la surface du cru sont aujourd'hui exploités par la cave coopérative de "la chablisienne"  qui se servant des batiments désuets qui sont au bas du cru a continué de baptiser ses cuvées Château Grenouilles à la suite de la famille Testut - les fameuses balances - qui le possèda de 1966 à 1979. Sur ces 7.5 ha "Château Grenouilles" produit une grande cuvée sur la base d'un sélection parcellaire de vieilles vignes bien placées dans les dessus et élevées avec une généreuse proportion de bois neufs et un second vin le "Fief de grenouilles" qui est toujours assez réussi et qui curieusement revêt plus la forme de ses pairs des autres grands crus car il est essentiellement élevé en cuve et dans des bois moins récents. Mais produit sur les parties les moins huppées il n'a pas la profondeur de son ainé. Avec le Clos des Hospices et La Moutonne c'est une des cuvées "spécifiques" produites régulièrement dans les grands crus.

 

 

  J'aime beaucoup ce vin élégant et subtil qui s'exprime assez vite après la mise en bouteille mais qui n'est jamais meilleur qu'après 10 années de bouteille. Il est alors porteur d'un message racé étonnant qui le positionne parmi les vins "de cailloux" les plus délicats de Bourgogne, c'est un peu le Chevalier de Chablis par sa texture enveloppante et son grain tactil extrêmement sensuel.Daniel Etienne Defaix et Benoit Droin produisent ici des cuvées d'anthologie qui font partie des plus grands Bourgognes modernes

 

         

 

Patrick Essa MAJ le 12/09/2014

citations et reproductions interdites sans autorisation 

 

      

+...Sur Chablis

Climat Grand Cru: Les Clos à Chablis

Climat Grand Cru: Vaudésir à Chablis

Climat Grand Cru: Grenouilles à Chablis Climat

Climat Grand Cru: Valmur à Chablis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article