Les premiers crus de la Côte Saint Georges

Publié le par Patrick Essa

La Côte Saint Georges est à bien des égares celle qui est la plus parfaite et la mieux équilibrée de l'ensemble du Nuiton.

Patrick Essa

   En longeant le cours du Meuzin et des maisons nuitonnes qui le bordent on ne discerne pas les vignes situées derrières les habitations. Pourtant leur ruban assez étroit épouse leurs contours jusqu'à la base de la route qui monte à Chaux. Caves et cuveries, demeures bourgeoises et promenades masquent au regard ce fier vignoble naissant qui annonce la glorieuse Côte des Saint Georges, l'un des coteaux les plus favorables à la culture de la liane pérenne.

Peu d'endroits peuvent se targuer d'une aussi grande qualité potentielle si on y associe la régularité des vins produits et la parfaite hiérarchie qui émane du classement de ses climats. Coteau peu incliné en son piedmont jusqu'aux parties médianes hautes il devient escarpé au point d'y être cultivé en terrasse dans ses parties hautes. Marqué par les vents qui suivent la combe et les flots du Meuzin, il est aussi profondément sous influence du talweg des Vallerots, sorte de raie basse en forme de V qui draine les eaux en douceur et oriente les pentes du vignoble. Ces caractéristiques apportent aux différents climats des expressions fort différentes qui peuvent je crois être catégorisées en plusieurs parties.

Une première zone au Nord est assez peu pentue et regarde le Nord-Est, ce secteur des Charmois est argileux et encore sous influence des dépôts limoneux. Il s'étire jusqu'à la route de Chaux. Son sol sombre est assez collant et la vigne y trouve un substrat fertile qui procure au vin beaucoup de générosité, une fraîche tendance à s'exprimer dès les premières années de bouteille et beaucoup de bouquet. Ce sont des Nuits villages racés qui ont peut être un rien moins de classe dans les Plateaux car les terres sont plus lourdes. On intégrera à ce bloc le petit Coteau des Bois qui à ma connaissance n'est pas revendiqué et qui a été essarté assez récemment.


Au pied du coteau juste sous les premiers crus se retrouvent sans doute certains des meilleurs " villages" de Côte d'Or et à mon sens parmi les plus complexes de la commune avec ceux des Saint Julien sur la Côte des Boudots. Ils se valent sans doute un peu tous mais il faut absolument considérer que Poisets, Brûlées et Fleurières - et Plante aux Barons sur Premeaux - seraient des premiers crus naturels dans nombre d'autres communes. Vins moins corsés que ceux de la zone Saint Georges et sans doute moins pleins et minéraux que les parties Pruliers et Procès, ils ont en revanche un grain assez fin qui tranche avec le caractère plus revêche de certains des seigneurs plus hauts placés sur le coteau. Dommage que parfois le vinificateur cherche à les durcir en allant chercher l'extraction pour en faire de " vrais" Nuits, mais cela change il me semble!


Le milieu du ruban de cette côte est l'exemple parfait de ce que le potentiel d'un sol peut conférer à un vin pensé pour la garde. Il n'est d'ailleurs point de vins rouges qui se conservent plus longtemps qu'en ce secteur, il en est toutefois quelques uns qui égalent ce caractère...mais peu en vérité! Saint Georges, Pruliers, Cailles et Vaucrains seront analysés plus en détail à la suite de ce travail car leur notoriété fait d'eux de quasi " grands crus ".

Les climats qui touchent le village "les Plateaux" au Nord et la zone des Pruliers au Sud sont forts restreints et pourtant très qualitatifs. Reposant sur des sols caillouteux, en pente assez forte, ils méritent d'être recherchés car Les Crots - qui englobent le Château Gris - La petite Rue de Chaux et les Procès ont un caractère commun qui allie une redoutable énergie et une finesse fruitée très aérienne. Ainsi boire la Rue de Chaux de Remoriquet, les Procès de Duband et le Château Gris de Bichot (qui exploite et vinifie le Domaine du Château Gris) côte à côte est fort éducatif et prouve qu'il existe souvent une synergie entre crus contigus. Bien entendu un peu plus de douceur en Rue de Chaux, de puissance en Procès et de tension sur le finage du Château, expriment des personnalités fortes mais à la manière de trois frères ayant des âges différents...

 


A la suite des Pruliers apparaissent des crus qui jouxtent les premières carrières de Nuits. Deux d'entre eux en partie médiane basse sont plus vastes que les autres et possèdent des qualités assez similaires. Roncières et Poirets peu inclinés, composés de sols riches qui sont chargés en oxyde de fer donnent des fruits sains et équilibrés qui confèrent aux vins une belle texture tannique et une puissance contenue caractéristique. Dans les Poirets le domaine Gouges exploite une large parcelle de 3,5 hectares qui a le droit de s'appeler Clos des Porrets Saint Georges alors que - fait assez étonnant - elles est séparée des Saint Georges par le climat des Cailles. J'aime ce vin plus proche de la finesse des Cailles que de la puissante musculature du Saint Georges vrai. Les Gouges en font un vin vibrant et plein qui vieillit avec une très belle harmonie. Roncières est un peu moins plein mais ses notes florales insistantes en font aussi un beau cru de race. Il cousine avec Pruliers dans un registre plus délicat.



Sur une ligne de pentes plus élevées, au dessus de Cailles et Vaucrains se positionnent de petits crus qui sont sous l'influence du talweg des Vallerots. Chaînes Carteaux, Vallerots au Sud et Chaboeufs, Perrière, Poulettes et Hauts Poirets au Nord donnent des vins parfumés et gourmands qui n'ont pas forcément la dureté que l'on attribue aux crus du secteur. Je les aime pour leur capacité à s'ouvrir un peu plus vite que les autres. Parfois cultivés en terrasse, ils sont très pierreux et moins argileux que les autres et de ce fait ont une naturelle minéralité qui induit une haute capacité à faire saliver le dégustateur. Pour ces raisons le domaine Gouges cultive ici un blanc très original fait à base d'une mutation blanche de pinot. Il est très vineux et corsé à la manière d'un vin rouge, une curiosité. Au dessus d'eux, les villages Vallerots, Terrasse de Vallerots et Hauts Pruliers peuvent être d'une rare finesse de texture sur des corps sveltes et élégants, ceux d'Axelle Machard de Gramont en particulier ont une tenue et une souplesse remarquable.

Patrick Essa - Vigneron à Meursault - 2015

 

+...

Perspectives générales du vignoble de Nuits Saint Georges

Nuits Saint georges: Les premiers crus du finage de Premeaux

Les Pruliers: Premier Cru de Nuits Saint Georges

Les Cailles, le vin de Nuits le plus élégant

Un grand cru oublié: Les Vaucrains de Nuits Saint Georges

Climat Premier Cru: Les Saint Georges à Nuits Saint Georges

 

 

Les premiers crus de la Côte Saint Georges
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article