Chablis Premier Cru: La Côte de la Fourchaume

Publié le par Patrick Essa

  La Fourchaume est à Chablis ce que Morgeot est au village de Chassagne-Montrachet, une constellation d'étoiles/climats qui gravitent autour d'un cru célèbre depuis des temps immémoriaux. Suite logique des grands crus de la cité de Chablis situés sur la rive droite du Serein, cette côte qui regarde majoritairement le Sud-Est est aussi vaste que qualitative.  

 

    Possession de la petite bourgade de La Chapelle Vaupelteigne, le cœur historique originel du cru est aussi bien positionné sur le coteau que les sept grands crus. Il possède par ailleurs l'avantage de ne posséder aucun envers plus frais et tout comme les autres climats classés premiers crus ses pentes sont comprises entre 130 et 200 mètres d'altitude, soit un vignoble situé en moyenne 100 mètres plus bas que ceux des blancs de Côte d'Or.

 

03 vins map1big 

 

    On a tendance à l'ignorer mais cette portion sur La Chapelle est sans doute la plus parfaite du vaste ensemble que regroupe aujourd'hui le premier cru et qui comprend donc: Fourchaume et une partie de Vaupulent à La Chapelle-Vaupelteigne; le Sud de Vaupulent et Vaulorent sur Chablis même; la Côte de Fontenay sur Fontenay près Chablis et « L'Homme Mort » sur Maligny. Assez curieusement ce vin est avec constance décrit comme le plus souple et le plus précoce automatiquement de la région, hors sous ce nom cohabitent les expositions les plus diverses et les pentes les plus variables, Il est des lors assez peu rigoureux de le singulariser de manière aussi tranchée.

    En effet du presque plat de Vaulorent qui jouxte les Preuses du Nord aux pentes sèches du dessus de l'Homme Mort, en passant par l'homogénéité d'une Côte de Fontenay à dominante Est-Sud-Est il est clair qu'il faut considérer au moins quatre grands blocs dans ce cru mesurant plus de 100 hectares au total et tous marqués par le substrat kimmeridgien.

 

9C5D1173-26B9-5B4A-2FEDF5168222DED7_zoom.jpg    Le premier bloc au Sud de la Côte de la Fourchaume est celui de Vaulorent qui est séparé des autres Fourchaume par la vallée de Fontenay et coiffé par les bois frais du Taillis. Sa partie médiane qui plonge vers le Serein et qui est orientée Sud Est est la plus parfaite du climat et pourrait par son insolation idéale, sa pente régulière et son substrat kimmeridgien offrir un possible " super premier " si les vins étaient isolés. Ils n'ont à mon sens pas toute la subtilité et la tension austère des meilleurs grands crus et les accents fréquents de mandarine que l'on perçoit ici en année humide signale un impact évident du botrytis que l'on ne retrouve pas sur le lieu-dit originel. La partie qui s'engouffre dans la vallée de Fontenay, orientée Nord-Ouest est plus tardive et moins vibrante. Les vins de Vaulorent sont toutefois à leur meilleur de fiers crus évoquants quelque peu les Preuses avec un caractère un rien plus élégant mais moins de puissance. Buvez celui de William Fèvre.  

 

    Juste en face de ce Vaulorent un peu inégal se trouve une Côte de Fontenay très homogène et à même de livrer des fruits de nature fraîche qui exaltent la tension et autorisent une parfaite minéralisation des arômes. Elle n'a toutefois pas la richesse des meilleurs Vaulorent mais les Fourchaumes qui naissent en ces lieux ont une ligne pure, racée et saline d'une rare noblesse. Les vents de la vallée sui assèchent les raisins et font reculer les maladies n'y sont pas étrangers. Par ailleurs seule la meilleure portion du coteau est classée car les vignes plus tardives et hautes sises sous le bois Mitais en sont exclues.

 

carteFOURCHAUME.jpg  Le troisième bloc est extraordinaire, situé à cheval sur Chablis au Sud et La Chapelle Vaupelteigne au Nord, il comprend les Vaupulans et la Fourchaume originel. Au Sud-Est ces pentes franches et uniformes captent idéalement les rayons du soleil pour autoriser des maturations précoces qui donnent des fruits toujours bien chargés en degrés. Le risque est ici de cueillir un peu trop mûr et de se laisser aller à des rendements un peu généreux, car alors les vins perdent leur caractère "Nordien" et confinent à une mollesse que certains dégustateurs lui reprochent parfois. Mais il ne s'agit pas d'un effet de terroir, plutôt d'une interprétation imparfaite du vinificateur. La zone de Vaupulans qui jouxte la Côte de Fontenay est un peu plus tardive en moyenne mais peut précisément contrer cette naturelle tendance à la douceur.  

 

   Enfin au Nord l'Homme Mort sur Maligny est un climat un rien plus frais dans sa partie haute qui génère des crus fins et très délicats, ce que son nom curieux ne suggère que fort peu. Quelques producteurs l'individualisent car il devient recherché depuis que le célèbre Adhemar Boudin du domaine de Chantemerle l'a popularisé. Je pense toutefois que les vignes de Maligny ne sont pas en moyenne aussi qualitatives que les secteurs de Chablis et La Chapelle mais selon le vigneron... Les choses peuvent changer!

 

 

  Patrick Essa MAJ le 16/10/2014

citations et reproductions interdites sans autorisation 

 

+...Sur Chablis

Climat Grand Cru: Les Clos à Chablis  

Climat Grand Cru: Vaudésir à Chablis

Climat Grand Cru: Grenouilles à Chablis Climat

Climat Grand Cru: Valmur à Chablis

 

Chablis premier Cru: la Côte des Vaillons et des Lys

Chablis Premier Cru: la Côte de Léchet à Milly

Chablis Premier Cru: La Côte des Montmains, de Forest et des Butteaux  

Publié dans Chablis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article