La Côte de Nuits 17: Le Grand Cru Mazis Chambertin

Publié le par Patrick Essa

Mazis-Chambertin 

 

 

 

 

 

 

 Zone tourmentée, faîtes de pentes et de bosses, le relief des Mazis - surtout dans le haut - a comme en Ruchottes des allures de vignes non mécanisées, comme si le temps s'y était arrêté au milieu du Moyen Âge. Des murs en pierres sèches coupent encore les petites parcelles et les gibriaçois, je crois, aiment à garder cette enclave hors du temps en une sorte de témoins du passé. Le climat de Mazye(sic) est cité dès le milieu du 15 ième siècle et son antériorité sur nombre de crus du nuiton ne fait aucun doute, tout comme sa forme quasi carrée qui mêle partie haute et basse, est presque immémoriale. Le terme de Mazis (ou encore Mazy ou Mazys) se réfère à d'anciennes constructions, il y avait ici probalement de petites habitations encloses dans le courant du premier millénaire.

 

10616084 10202816991531163 5510441062955307856 n  Le climat cadastralement dit de "Mazis" mesure 9ha 10a 34ca et est coupé en deux parties dont on a longtemps évoqué la diférence qualitative. Le dessus êtant considéré comme plus qualitatif en raison de sa position plus haute sur le coteau et de sa pente plus forte. Cependant ces deux sous-climats sont coupés par une diagonale qui place certains Mazis Bas au dessus de certains Mazis hauts...on le voit "l'affaire" est plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord, d'autant que l'endroit s'érode vite et que de nombreuses terres du dessus ont raviné vers le bas. Il en résulte toutefois une partie supérieure un rien plus inclinée et solaire avec une couche végétale plus maigre. ou la pierre affleure en certains endroits. Lavalle au milieu du 19 ieme siècle classait le haut en première cuvée et le bas en seconde et il semble évident qu'un supplément d'âme subisite dans le haut qui est conidéré par de nombreux vignerons du cru comme le satellite des Chambertins le plus qualitatif. Car l'érosion qui parfois est annoncée comme nivellant la valeurs des deux sous climats ne peut être appelée à la rescousse, la route séparant les deux climats est suffisament large pour les individualiser et les pente et le ruissellement insuffisants pour que les dépots de ravinement  franchissent cette délimitation humaine.   

 

   Nous sommes sur une terre du jurassique de l'étage bajocien et le sous sol est composé de calcaire à entroque. Un substrat assez proche de celui du Clos de Bèze voisin mais en plus recouvert sur le plan superficiel d'une terre brune, assez foncée. Le cru est encore un peu sous l'influence éolienne de la Combe Lavaux toute proche et sa situation plein Est est remarquablement uniforme. Plus riche que le Ruchottes voisin , il n'a toutefois pas la finese extrême du Bèze qui est juste à son côté Sud mais en revanche il peut se montrer d'une rare puissance et sa capacité de garde est proverbiale. C'est un seigneur de la Côte dont le terroir se positionne je crois dans le cinq "mineur" qui suit un hypothétique cinq majeur fait des Romanées, Musigny, Richebourg et Chambertin.

 

C'est donc un vin merveilleux qui se place dans le peloton de tête des vins du nuiton et qui cousine fortement avec Bonnes Mares. Il est sans doute le seul à pouvoir rivaliser avec l'intensité "athlétique" du cru en sa partie cambuléenne car sa texture toujours très profonde et sa générosité légendaire en font un vin de haute tenue qui s'épanouit véritablement sur le long terme.

Le domaine Harmand-Geoffroy exploite ici plus de un hectare dans des parcelles mêlant le haut et le bas du climat, il en tire un vin toujours très élégant et raffiné qui s'exprime depuis quelques années avec autant d'intensité que de douceur de texture. Avec ceux des domaines Dupont-Tisserandot, Guillon,Confuron-Cotetidot, Dugat et des Hospices de Beaune il me paraît être le plus complet de son temps.Déguster un Mazis a toujours été ces dernières années un intense moment de plaisir et je suis souvent séduit par la régularité de ce grand cru qui compte nombre de producteurs ayant la main sûre pour le vinifier. 

 

Quelques Exploitants: Hospices(1.75ha); Faiveley(1.20ha); Harmand-Geoffroy(0.73ha); Rousseau(0.53ha); Dupont-Tisserandot(0.35ha); Esmonin(0.14ha), Confuron-Cotetidot(0.08ha) Auvenay(0.26ha), Dugat-Py(0.22ha) 

 

  Patrick Essa - MAJ  le 26/08/2014  

Tous droits de reproductions interdits sans autorisation de l'auteur  

 

           http://acrh.revues.org/5979

 

+...sur Gevrey:

La Côte de Nuits 15: Le Grand Cru Chambertin

La Côte de Nuits 16: le Grand Cru Chambertin Clos de Bèze  

 

+...sur Vougeot 

La Côte de Nuits 14: le finage de Vougeot et le Clos de Vougeot

 

+...sur Morey

La Côte de Nuits 10: le Grand Cru Clos de La Roche

La Côte de Nuits 11: le Grand Cru Clos Saint Denis

La Côté de Nuits 12: le Grand Cru Clos de Tart

La Côte de Nuits 13: le Grand Cru Clos Des Lambrays       

 

 +... sur Chambolle: 

Côte de Nuits 8: Le Musigny à Chambolle-Musigny

Côte de Nuits 9: Le Grand Cru Bonnes-Mares      

 

 +... sur Vosne:   

La Côte de Nuits 1: Vosne-Romanée "village"

La Côte de Nuits 2: Les Vosne Romanée "premiers crus"

La Côte de Nuits 3: Le Grand Cru Richebourg 

La Côte de Nuits 4: Grands crus Romanée et Romanée-Conti

La Côte de Nuits 5: Grand Cru La Grande Rue

La Côte de Nuits 6: Grand Cru Romanée Saint Vivant

La Côte de Nuits 7: Echezeaux et Grands Echezeaux   

       

Publié dans Côte de Nuits

Partager cet article

La Côte de Nuits 16: le Grand Cru Chambertin Clos de Bèze

Publié le par Patrick Essa

Le Clos de Bèze

 

 

Le Clos de Bèze est au vin ce que la Bentley est à l’automobile. La quintessence du raffinement et de l’élégance sur une discrète touche de fougue et de sportivité. Ce cru idéalement placé sur la partie médiane du coteau s’étend sur près de 15,4 hectares. Création monastique très précoce de l'abbaye de Bèze des le 8 ieme siècle, il occupe une pente inclinée vers le levant qui s’élève également vers le sud à mesure que l’on s’approche de son alter-ego le Chambertin.

 

  Son sol caillouteux, marno-calcaire est parsemé de cailloutis et composé de terres brunes un peu plus claires que ce dernier. Un rien moins frais que le Chambertin car peu marqué par les vents de la Combe Grisard, il est également plus précoce et en général donne des fruits de belle maturité qui exalte une nature douce et quelque peu féminine. On le compare certaines années aux grands crus voisins de Chambolle-Musigny mais je n’ai véritablement jamais trouvé la comparaison évidente, il est beaucoup plus proche de la nature interne concentrée et tellurique d’un Richebourg ou d’une Romanée. Mais à illustrer les sensations par d’autres crus on en oublie au fond que celui-ci est assez singulier pour se passer de référence.

 

20319 

 

 Les gibriaçois lui attribuent toujours une aura particulière, c’est incontestablement le « leader naturel » d’un finage qui a la chance d’en compter deux. L'abbaye de Bèze le crée donc dès le haut Moyen Âge et sans aller piocher dans les cartulaires il est avéré que son nom a plus de 12 siècles. Il bénéfice donc en compagnie du Tart d'une antériorité sur tous les crus de ce secteur. Il est devenu Chambertin alors que c'est le Chambertin qui doit sa naissance au Bèze, de manière étonnante il peut revendiquer le nom de Chambertin seul et c'est une sorte d'hérésie d'observer ce cru singulier revêtir le nom d'un cru mitoyen créé à partir de lui. De ce fait si le Bèze est plus vaste que Chambertin, il se vend plus de ce dernier! L'ironie s'accentue quand certains se piquent de définir à coup sûr plus de finesse dans le Bèze... Alors que le Chambertin auquel ils pensent peut provenir aussi de son sol!

 

   Au fil des siècles sa forme a peu varié mais il n'est curieusement devenu un vrai Clos ceint des 4 côtés qu'au cours du 14ieme, soit plus de cent ans après que l'abbaye de Bèze l'eut vendu au Chapitre de Langres en 1218. Son nom se prononçant moins agréablement que le Chambertin, Claude Jomard et Claude Jobert, qui en ont successivement la charge, l'assimilent à celui-ci et finissent juste avant la révolution française par le déprécier quelque peu.

 

  Plusieurs secteurs morpho-géologique me semble le caractériser:

 

   La partie nord basse et médiane qui prolonge les Mazis autour de la maison qui appartient au domaine Damoy. Relativement plane, caillouteuse et marquée par quelques limons et bans marneux. Elle se prolonge jusqu'à la vigne du domaine Bart. Les vins y sont très concentrés , bouquetés et pleins.Mais sa qualité a toujours été considérée comme moindre au fil de l'histoire. Ainsi Jobert de Chambertin ne l 'incorporait il pas dans son grand vin. Perfectionniste était-il car assurément l'endroit est des plus favorables et livre les crus les plus élégants.

 

   La partie sud qui se termine également par une parcelle Damoy et qui commence par la parcelle Faiveley en incluant la grande parcelle Marion. Endroit où se situe une petite cabotte rouge. Cette zone est considérée comme la plus parfaite du cru, son épicentre en quelque sorte. Les terres s'assombrissent et la pente y est un peu plus forte, le vin lui y puise une énergie interne encore plus intense. Les Bèze sont ici un peu plus sombres et profonds et préserve une part plus athlétique en leur centre. Le Chambertin n'est pas loin!

 

   Les parcelles hautes des domaines Zibetti, de Dujac et de Rousseau. cette dernière étant assemblée. Finesse, légèreté et distinction.

 

  Les parcelles basses de Stephen Gelin, Drouhin Laroze ( une toute petite partie de son ensemble ici) et Rebourseau. Seul le domaine Gelin propose "ce" Clos de Bèze de partie basse et médiane. Il en tire un vin profond, mûr et soyeux issu de deux parcelles situées dans la meilleure zone du cru.

 

    Patrick Essa - MAJ  le 26/08/2014  

Tous droits de reproductions interdits sans autorisation de l'auteur  

 

           http://acrh.revues.org/5979

 

+...sur Gevrey:

La Côte de Nuits 15: Le Grand Cru Chambertin  

 

+...sur Vougeot 

La Côte de Nuits 14: le finage de Vougeot et le Clos de Vougeot

 

+...sur Morey

La Côte de Nuits 10: le Grand Cru Clos de La Roche

La Côte de Nuits 11: le Grand Cru Clos Saint Denis

La Côté de Nuits 12: le Grand Cru Clos de Tart

La Côte de Nuits 13: le Grand Cru Clos Des Lambrays       

 

 +... sur Chambolle: 

Côte de Nuits 8: Le Musigny à Chambolle-Musigny

Côte de Nuits 9: Le Grand Cru Bonnes-Mares      

 

 +... sur Vosne:   

La Côte de Nuits 1: Vosne-Romanée "village"

La Côte de Nuits 2: Les Vosne Romanée "premiers crus"

La Côte de Nuits 3: Le Grand Cru Richebourg 

La Côte de Nuits 4: Grands crus Romanée et Romanée-Conti

La Côte de Nuits 5: Grand Cru La Grande Rue

La Côte de Nuits 6: Grand Cru Romanée Saint Vivant

La Côte de Nuits 7: Echezeaux et Grands Echezeaux 

Publié dans Côte de Nuits

Partager cet article