Le Limozin - ou Limosin - à Meursault

Publié le par Patrick Essa

Le Limozin - ou Limosin - à Meursault
Le Limozin - ou Limosin - à Meursault

Parmi les climats disposés en coteau, il en est quelques uns qui laissent émerger une source naturelle. Utile, cette résurgence de pied de coteau fut utilisée de temps immémoriaux pour créer un lavoir encore à l'heure actuelle extrêmement bien entretenu par les respectueux villageois de Meursault qui l'utilisèrent jusque dans l'entre deux guerres.

Celui-ci, assez retiré des habitations voyait les ménagères venir à lui au matin calme par le chemin de Puligny. Une autre époque, un autre moyen de transpirer et de pratiquer l'exercice physique, et assurément pas moins bon que les salles de sport pleines de microbes!

Ce petit écoulement naturel rendait les environs quelque peu fangeux, cela transparaît dans le nom de sa terre si l'on considère la racine latine du mot "Limas" qui signifie "boueux" et qui par extension a fini par donner le nom de Limosin ou Limozin au fil des siècles.

Cette terre est composée de deux entités aujourd'hui. La partie basse, à l'Est de la source, forme une petite butte à pente Sud-Nord qui verse au septentrion, elle est depuis les années 1950 classée en Bourgogne blanc et a pris le nom de " Murgers de Limozin". Un endroit de haute qualité qui permet aux vins de préserver une tension remarquable en donnant des vins forts proches des Meursault.

Au dessus du Lavoir, entre Poruzots, Genevrières, Charmes et Buisson-Certaut le Meursault Limozin se demande un peu pourquoi il n'a pas été classé en premier cru. Tout - ou presque - sur le plan morpho-grologique le prédisposait à devenir un premier cru dans les années 50, sauf que les vignerons de la commune ne l'ont sans doute jamais considéré à ce rang.

Pourquoi me direz vous? Eh bien sans doute en raison de son sol un rien trop argileux dans la partie basse, et puis aussi car la partie médiane en forme de cuvette n'a pas la classe des parties sises juste sous le collecteur d'eau des Genevrières et surtout de celles du bord Nord qui touche le Porusots. Plantées sur un axe Nord-Sud les meilleures parcelles de ce climat sur le bord Sud ont à cet endroit la densité des Charmes du milieu et sont certainement aussi bien exposées que les Charmes du dessous. En allant vers les bas de Porusots et les Crotots, le vin gagne en puissance ce qu'il perd en élégance mais possède une complexité qui égale souvent celles des Genevrières du bas. En ces endroits Limozin est un premier cru naturel je crois. Pour tous les amateurs il constitue donc toujours une excellente affaire.

Archétype du Meursault, profond, vineux et concentré, Limozin est un vin de sève qui immanquablement évoque la noisette fraîche et les fruits jaunes sur un corps svelte et des matières dynamiques. Il accompagne à merveille le foie gras ou les poissons de rivière...un must!

Nombreuses sont les belles cuvées de Limozin et toutes sont recommandables...et je suis à chaque fois charmé par celles des domaines Henri Germain, Bouzereau-Gruère, Sulvain Dussort et Michel Bouzereau.

(À suivre: Les Narvaux)

Patrick Essa - 2016

reproduction interdite

Le Limozin - ou Limosin - à Meursault
Le Limozin - ou Limosin - à Meursault
Le Limozin - ou Limosin - à Meursault
Le Limozin - ou Limosin - à Meursault

Publié dans Meursault

Partager cet article

Les Chevalières à Meursault

Publié le par Patrick Essa

Les Chevalières à Meursault

Meursault Les Chevalières

Le nom est joli et évoque dans nos imaginaires une situation haute sur le coteau, un carré de vignes "chevauchant" en quelque sorte le village mais il provient plus sûrement de la présence d'équidés qui pouvaient y paître au Moyen Âge ou de chevaux empruntant la voix romaine qui passait à ses pieds allant des Chevalières aux Charrons et d'Autun à Chalon.

Sous l'influence légère des vents d'Ouest venant de la Combe d'Auxey-Duresses ce secteur part de la base du coteau murisaltien pour s'élever jusqu'aux Vireuils en longeant les bords sud du Clos des Meix-Chavaux et des Luchets et le Nord des Petits Charrons et Rougeots.

Terre mixte très caillouteuse en partie haute et plus argileuse dans sa zone basse, elle autorise la production de vins extrêmements délicats et parfumés qui ont un caractère murisaltien affirmé sur près de 9 hectares.

Il est d'usage de dissocier les parties hautes des parties basses en accordant plus d'éclat aux premières. Toutefois à la dégustation ces différences ne sont pas toujours très évidentes, d'autant que certains domaines ont des parcelles dans les deux secteurs et les assemblent.

Ces dernières années ont été très favorables à la qualité de ce terroir frais en raison de la précocité des millésimes et d'un cycle de réchauffement climatique évident. Les bouteilles ont de ce fait très souvent la stature d'un joli premier cru et si les vins atteignent des prix élevés, ils ne sont pas encore équivalents à ceux des premiers crus. Une excellente affaire donc.

Parmi ceux que je déguste, je me régale toujours avec les vins des domaines Henri Germain, Jean-Philippe Fichet et Joseph Voillot.

( A suivre: Le Limozin à Meursault )

Patrick Essa - 2016

Reproduction interdite

Les Chevalières à Meursault

Publié dans Meursault

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>